28/02/2010

Les pubs hors sujet sont dangereuses pour la réputation

C'est ce qu'ont dû se dire les mecs qui ont pondu la dernière pub pour la campagne anti tabac. No comment.

7da218b221itabac

23:12 Écrit par LaBavarde dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Et le César de la meilleure comédienne est attribué à Isabelle Adjani

CESAR_logo_cmjn

Hier soir, la zapette à la main je tombe sur les César. J'ai souvent regardé cette émission étant jeune, j'allais plus au cinéma à l'époque. Cette année, je n'ai vu que peu de films en lice. Chaque fois que je regarde les César, un film se détache sans surprise et presque de façon énervante. Il n'y a jamais de coude à coude dans le nombre de récompenses obtenues. Là donc, si vous n'avez pas écouté la radio ou vu la TV dans les dernières 24 heures, je vais vous apprendre qu'il s'agit de "un prophète" de Jacques Audiard ...A chaque prix on voit les autres nommés espérer, espérer puis... petit à petit ...on lit dans leurs yeux "t'façons ça va être "un prophète" alors..." Donc oui, une cérémonie un peu énervante. Je n'ai pas vu le film c'est peut être pour ça mais bon , moi ça m'agace. Ce qui est énervant aussi c'est le discours surjoué des actrices qui arrivent en pleurs qui remercient "toute l'équipe" et qui en font des tonnes et des tonnes dans un ridicule abasourdissant. Hier c'était "madame Isabelle Adjani". Je n'imagine pas la tête qu'elle aurait fait si elle n'avait pas reçu le prix. Donc elle entend son nom, un ralentis la montre émotionnée, prenant son menton entre ses mains comme elle sait si bien le faire, se lever de son siège et s'avancer avec toute la grâce de l'immense actrice qu'elle est. Puis elle arrive au pupitre, embrasse Gérard Depardieu et là, le ralentis s'arrête (et heureusement sinon on y serait encore...). Elle pleure, elle est boulversée par l'émotion, on a l'impression qu'elle ne va pas y arriver et, d'un coup, d'un seul elle arrête d'être émue. Mais d'un coup hein !!! Et là elle se lance dans un bla bla ennuyant en insistant bien sur le fait que c'est son 5ème César... Ca dure, ça dure... Je regarde Gérard Depardieu qui semble dire "vite, mais pourquoi j'ai remis ce prix-là moi, vite ça me saoule"... Allez hop on zappe !

23:07 Écrit par LaBavarde dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/02/2010

Le fabuleux destin d'Amélie Mauresmo ?

 


21300

Le film n'aurait peut être pas eu le succès escompté avec un titre pareil... On y aurait vu Amélie Mauresmo adulant un poulain au destin fabuleux ? Hem... Bon ce soir, ne sachant que regarder à la télévision, je porte un choix désespéré sur mes anciens DVD vus et revus 12 fois... Le fabuleux destin d'Amélie Poulain est l'objet de mon choix. Cela fait longtemps que je ne l'ai pas revu. Verdict : c'est avec le même plaisir que je replonge dans cette histoire. Un Paris naïf et insouciant sur fond de Montmartre et de Canal Saint Martin, bercé par les mélodies de Yann Tiersen ou de Fréhel dans les couloirs du métro parisien. Toujours donc la même émotion pour moi en voyant ces personnages attachants évoluer presque fraternellement  : le vieux peintre fragile, le petit épicier simplet, le papa rêveur d'Amélie, la veuve brisée, Georgette la tabagiste hypocondriaque, sans oublier Joseph l'habitué des deux Moulins parano  etc etc ... C'est cela qui me plaît, outre bien sûr cette adorable histoire d'amour entre la jolie Amélie et le gentil Nino.

Vous devez le savoir, le réel Café des Deux Moulins n'a rien de celui du film ... C'est un troquet au prix du café exhorbitant, très souvent bondé  dès l'apparaition des beaux jours... Il bénéficie cependant du charme de la rue Lepic, vivante et polulaire en plein quartier de Montmartre, à deux pas du Moulin Rouge pour ceux qui ne connaissent pas. En prenant votre courage à deux jambes vous arriverez péniblement à la Basilique, et vous serez alors récompensé de tous vos efforts tant la vue y est belle. Vous pourrez ensuite vous glisser vers la place du Tertre et au bout de celle ci aller déguster une tartine chaude chez Plumeau unjour de Mai... Ah ! Paris !

Bon alors, vous, vous aimez avoir les doigts plissés par l'eau du bain ou les joues plissées par les draps  le matin en vous réveillant ?

Je finirai sur cette réplique entre Joseph très jaloux (Dominique Pinon) qui dit à la serveuse (et donc cette dernière lui répond) :

- Tu m'éclaires. Ce type de roucoulements, c'est prénuptial ou post coïtal ?
- Et ta connerie ? Elle est congénitale ?

23:58 Écrit par LaBavarde dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Je sèche...

Les inspirés, chose bizarre, méconnaissent l'inspiration. Victor Hugo.

Voilà donc pourquoi la bavarde n'a ce soir aucune inspiration pour commencer sa page. Cette citation fera office de début. To be continued...

19:43 Écrit par LaBavarde dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |